iac-tokyo.org
Image default
Le Japon

Kagura : quand Dieux et serpents à huit têtes mènent la danse

Rite artistique, performance à la fois spectaculaire et réjouissante : le kagura vaut le détour !

Le kagura, qui signifie littéralement le “divertissement des dieux”, porte bien son nom puisque c’est exactement ainsi que cette performance rituelle a commencé dans les cérémonies shinto. Reconnu comme la forme la plus ancienne de théâtre japonais, avant même le Noh et le Kabuki, il fût créé en vue d’amuser et d’apaiser les Dieux dans l’espoir d’une récolte généreuse.

Au fil du temps, le kagura a été décliné sous un nombre impressionnant de formes. Le mikagura est la danse rituelle originale pratiquée devant la cour impériale ainsi que dans les sanctuaires shinto. Le satokagura est quant à lui la version folklorique, décliné à son tour en une myriade de sous-catégories selon les thèmes et les régions.

Leurs points communs ?

Des costumes hauts en couleur, une performance pleine d’énergie et des acteurs exubérants.

L’histoire est toujours celle des tribulations et des triomphes de Dieux héroïques face aux démons et à l’adversité. Les danses sont spectaculaires et superbement chorégraphiées. Un excellent moment à la clé.

Mais où peut-on assister à une de ces performances ?

Deux préfectures sont particulièrement connues en la matière : Miyazaki et Shimane. Si vous séjournez à Hoshino Resorts KAI Izumo à Shimane, vous aurez le plaisir de pouvoir assister à un spectacle de 15 minutes en soirée, où un Dieu ingénieux se montre plus malin qu’un serpent à huit têtes quelque peu saoul après avoir abusé de saké !

Ce serpent, long de 16 mètres, est à lui seul un merveilleux spectacle avec ses ondulations au rythme de la musique japonaise traditionnelle. Vous pourrez même prendre une photo avec le Dieu et le serpent après le spectacle !

Autres articles à lire

Shodo, l’art de la calligraphie japonaise

Irene

Geta Tap dance : un spectacle vivant, valorisant l’artisanat japonais via la danse

Irene

L’extraordinaire art de la teinture du kimono

Irene

Saké innovant pour brasserie séculaire

Irene

Un Noël en mode ranch à Hokkaido

Irene

Toshogu : le temple monumental de Nikkō

Irene