iac-tokyo.org
Image default
Le Japon

Kutani, l’art de la céramique japonaise

Les origines de la poterie Kutani remontent à la période Edo. Le développement de cet artisanat s’est fait dans les villes du sud de la préfecture d’Ishikawa (située sur la façade ouest, au centre de l’île de Honshū).

Un style unique

Les céramiques Kutani se reconnaissent à leurs couleurs vives : jaune, vert, violet, rouge et bleu, et à leurs dessins originaux. Les motifs sont dessinés sur une porcelaine blanche à l’aide d’un pinceau trempé dans un pigment constitué de cobalt, puis chaque dessin est coloré, avant que la pièce ne soit cuite au four à environ 800°.

La cuisson va apporter aux couleurs un brillant et une profondeur qui donneront son charme et sa beauté à l’objet. On distingue trois époques pour la fabrication des céramiques : Ko-Kutani, Saikō Kutani et Kutani, qui ont donné lieu à six styles différents. Les plus anciennes sont les céramiques Ko-Kutani, caractérisées par leurs lignes fluides et l’utilisation des cinq couleurs.

Le renouveau

Après un arrêt momentané de la fabrication au XVIIIe siècle, la production a repris avec l’ouverture de nouveaux fours, chacun ayant son propre style. Le four Kasugayama dans la ville de Kanazawa incarne cette renaissance. Son style plus chinois, nommé Mokubei, reprend l’usage des cinq couleurs mais le dessin est ici soutenu par un fond rouge.

Le four Yoshidaya, n’utilise quant à lui que quatre couleurs et jamais le rouge, ses dessins sont extrêmement détaillés. Le style du four Eiraku s’appelle Kirande, il se reconnaît par la finesse de ses dessins dorés réalisés sur fond rouge. Pour finir, le style Saishiki Kinrande est un héritage du peintre Kutani Shoza, il mélange les styles et utilise des peintures contemporaines.

Les boutiques de céramistes

La ville de Yamashiro Onsen possède de nombreuses boutiques de potiers et de céramistes, situées à quelques minutes seulement de Hoshino Resorts KAI Kaga.

Vous pourrez y découvrir des merveilles, et vous initier à la décoration des émaux et la fabrication d’objets avec un maître potier.

Autres articles à lire

Baguettes : mode d’emploi

Irene

Récits d’un jardinier japonais

Irene

L’automne, la période où au Japon la lune est la plus belle

Irene

Otaue Matsuri : le festival de plantation du riz

Irene

Fondue japonaise : le plat d’hiver par excellence

Irene

Saint-Valentin et Jour blanc au Japon

Irene