iac-tokyo.org
Image default
Le Japon

L’Indigo, une teinte bleue si chère à l’art de vivre japonais

La couleur indigo, d’abord connue en Inde et en Chine, fait son apparition au Japon durant l’ère Asuka. La culture de l’indigotier serait née à l’ère Sengoku et Edo, où la préfecture de Tokushima devint alors la principale région de plantation des indigotiers. Cette période de conflits incessants entre les seigneurs féodaux a provoqué une forte demande car les guerriers en étaient friands. Non pas comme substance dopante mais pour ses propriétés antiseptiques. Les vêtements portés sous les armures étaient par conséquent colorés avec la teinture aizome pour prévenir les risques d’infections en cas de blessures.

Car en plus de l’esthétisme de ce bleu profond assez facilement identifiable, l’indigo possède de nombreuses vertus. Antiseptiques donc, il permet le nettoyage des plaies et améliore la cicatrisation ; son odeur est un répulsif naturel contre les insectes et certains animaux sauvages, et c’est aussi un assouplissant, notamment pour le coton. Un atout supplémentaire notamment pour les pratiquants d’arts martiaux dont les tenues – hakama – sont colorées à l’aizome.

Si les fleurs blanches et rouges de l’indigotier donnent de très jolies grappes, ce sont ses feuilles qui sont récoltées par les teinturiers. Une fois broyées sommairement à l’aide d’un maillet puis séchées dans de grands sacs où elles commencent leur décomposition, les feuilles sont placées dans une cuve pour qu’elles fermentent jusqu’à l’obtention du sukumo – matière tinctorial. Sont ensuite ajoutées de la lessive de cendres (aku) et de la chaux (sekkai) qui vont permettre le développement de kankin – micro organismes – à l’origine du pouvoir colorant des feuilles.

Une fois la bonne couleur obtenue, les fibres à colorer peuvent être plongées dans les bains. Plus l’opération est répétée et plus les tissus sont foncés. Majoritairement utilisée pour les vêtements de cuisine et le linge de maison, l’aizome sert aussi à la coloration de tissus. Vous pourrez en trouver comme linge de lit dans les chambres de Hoshino Resorts KAI Kinugawa. La production de la région de Kurobane est notamment très réputée. Si vous souhaitez voir la vie en bleu, offrez-vous l’un de ces magnifiques tissus et glissez-le dans vos bagages avant de repartir à la maison !

Autres articles à lire

Retour aux sources à Kyoto

Irene

L’art ancestral des jardins japonais

Irene

À la découverte du château de Matsumoto

Irene

Okinawa : bateaux-dragons et autres joyeuses festivités

Irene

Karakami, design et élégance des papiers peints japonais

Irene

Les lanternes : ancêtres japonaises des lampes électriques

Irene