iac-tokyo.org
Image default
Le Japon

Otaue Matsuri : le festival de plantation du riz

Des sushis au saké en passant par les galettes senbei et les pâtisseries wagashi, le riz est omniprésent dans la cuisine japonaise. D’où l’importance dans tout le pays du repiquage du riz qui est pratiqué de mai à juin, juste avant la saison des pluies.

Le riz joue un rôle si central dans la culture japonaise que le terme japonais pour “riz cuit”, gohan, signifie aussi “repas”, qu’il s’agisse de l’asagohan (petit-déjeuner), l’hirugohan (déjeuner), ou du bangohan (dîner). Même si sa consommation a quelque peu faibli ces dernières années, plus de la moitié des agriculteurs japonais continuent d’en cultiver, ce qui en fait, et de loin, la culture la plus populaire.

La saison de plantation du riz est associée à de nombreuses traditions. Aux quatre coins du pays ont ainsi lieu des festivals Otaue Matsuri, célébrés dans les sanctuaires shinto. Le plus illustre d’entre eux est probablement celui du Sanctuaire de Sumiyoshi Taisha à Osaka. Il remonte à plus de 1 000 ans, et continue d’être un véritable voyage dans le temps.

Les célébrations sont lancées avec le labour des champs à l’aide de charrues en bois tirées par des bœufs. Puis les cultivateurs, revêtus de l’habit traditionnel et alignés en rangées, viennent repiquer le riz dans la boue, accompagnés de musiciens jouant d’instruments ancestraux et de danseurs priant pour une récolte faste.

Vous pourrez même assister à une  procession de samouraïs en armure. Au point culminant du festival, 150 jeunes filles de la localité dansent avec des éventails ornés de clochettes. Une expérience absolument unique.

Le festival du Sanctuaire de Sumiyoshi Taisha a lieu chaque année à la mi-juin. HOSHINOYA Kyoto constitue une base idéale pour organiser une excursion d’une journée. Et à votre retour, vous pourrez goûter l’un des fameux plats du chef Ichiro Kubota, accompagné, bien sûr, d’une bonne dose de riz japonais.

Autres articles à lire

L’art ancestral des jardins japonais

Irene

3 découvertes incroyables sur l’écureuil volant !

Irene

Toshogu : le temple monumental de Nikkō

Irene

Okinawa : bateaux-dragons et autres joyeuses festivités

Irene

Comment faire face à la barrière de la langue au Japon ?

administrateur

L’Amezaiku, art millénaire de la confiserie

Irene